Grève des enseignants: les femmes exigent le départ du PM Kassory

11175

En dépit de l’interdiction et du dispositif de sécurité mis en place par les autorités de Conakry, une centaine de femmes, majoritairement vêtues en rouge (image) a paralysé ce jeudi 1 er novembre 2018, la commune de Kaloum, le cœur de l’Administration guinéenne.

En cause, exprimer leur mécontentement face à la fermeture des classes. Lors de cette marche pacifique qui s’est déroulée sans incidents majeurs, les femmes ont tenu des propos hostiles au PM Ibrahima Kassory Fofana et à son gouvernement. Elles ont dénoncé entre autres, son « incapacité » et sa « mauvaise foi » de trouver un accord avec le syndicat des enseignants pour permettre aux enfants de reprendre le chemin de l’école.  » Nous demandons le retour de nos enfants à l’école  » pouvait-on lire sur les pancartes tenues par les protestataires.

Notons que depuis l’arrivée de Kassory Fofana à la primature, la Guinée enregistre des crises à répétition qui bloquent davantage le développement économique du pays. Comme pour dire que l’argent n’aime pas le bruit. Ibrahima Kassory Fofana doit donc revoir sa façon de gouverner au risque d’inciter à la révolte populaire. En tout cas, les femmes l’ont  bien avertit.

Pour la Rédaction du Groupe Sud Média Guinée (SRK)