Préoccupant sujet de société: le crime passionnel, ce qu’en pense un sociologue

0
96

La jalousie, l’infidélité poussent à commettre ce type de crime, ils en sont le mobile: la passion. Qu’en est-il chez nous ?

Les crimes passionnels prennent de l’ampleur en Guinée. Des disputes qui se terminent le plus souvent par des cas de meurtre. Qu’est-ce qui explique donc cette situation regrettable devenue préoccupante aujourd’hui ? Pour tenter une compréhension dépassionnée de ce sujet de préoccupation majeure, votre quotidien en ligne a posé la question au sociologue Aboubacar Mandela Camara et, pour qui « la société africaine est en profonde mutation », d’où l’aggravation des violences au sein des couples.

Le sociologue énumère quelques causes socioculturelles de ces violences. « la montée des mouvements féministes qui prônent l’égalité entre l’homme et la femme. La deuxième raison, c’est la remise en question de certaines valeurs traditionnelles même religieuses. La troisième, c’est l’impact des médias. Nous sommes une société de mimétisme, qui imite. On veut appliquer tout ce qu’on voit dans les médias, dans les séries, dans les films où il y’a généralement des cas de crimes, de violences. Et les femmes à force de regarder cela appliquent parfois inconsciemment cela dans leurs foyers et c’est valable aussi pour les hommes. Nous avons aussi la cherté de la vie », explique Aboubacar Mandela Camara.

Et pour limiter ces violences dans la vie des couples, le sociologue recommande de bon sens, le retour aux fondamentaux « on n’a oublié une chose importante en ce qui concerne le mariage en Afrique. En Afrique ce ne sont pas les individus qui se marient. Ce sont les familles qui se marient. Mais on n’est entrain de perdre cela de vue. Parce que lorsque ce sont les familles qui vont se retrouver pour trouver solution », a fait remarquer  Mandela Camara. Pour favoriser donc ce retour aux valeurs, à la source, le sociologue soutient que la sensibilisation en reste la clé.

Propos recueillis par Ibrahima Djikiné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here