France: en marge de la visite du maire de la commune urbaine de Boffa, le partenaire technique charentais dévoile d’importants projets de développement pour la commune (interview)

Charente maritime coopération est une institution qui existe depuis plus de deux décennies en Guinée, plus précisément à Boffa. Elle intervient dans plusieurs secteurs de développement communautaire. En marge de la visite de travail du Maire de la commune urbaine de Boffa, Maitre Saïdouba Kissing Camara, le chef de service Développement International a bien voulu accorder une interview à notre envoyé spécial. Dans cette interview, Monsieur Sébastien RODTS nous parle entre autres, des actions réalisées par Charente maritime coopération et le gigantesque projet en cours de réalisation dans la préfecture de Boffa sous la gouvernance du nouveau Maire… Lisez ! 

Qu’est-ce que c’est Charente maritime coopération ?

« Charente maritime coopération est une institution qui existe depuis 27 ans à Boffa. En fait, c’est un démembrement du Conseil Départemental de la Charente maritime. Donc c’est une initiative du Conseil Départemental de la Charente maritime située dans la ville côtière de la Rochelle dans le sud-ouest de la France, d’avoir approché un autre territoire à l’étranger pour des échanges culturels, techniques et d’appuis ».

En 27 ans d’existence, quelles sont les activités que vous avez réalisées sur le terrain

« Concrètement, les premières actions ont été l’appui aux collectivités locales sur le renforcement des capacités au niveau des cadres de l’administration territoriale et des élus, dans leurs domaines de compétences qui peuvent être simplement, la passation des marchés publics, de la fiscalité locale et de la construction d’infrastructures: Des écoles, des postes de santé ainsi que la construction des mobiliers. Et puis tout au long de l’année pour l’élaboration des budgets des communes et autres … ça commencé par ce premier volet. Un des tout premiers volets à peu près en même temps, était celui du développement de la filière sel solaire.   Donc on a appuyé la production de sel mais en fait, ça été un transfert de compétences depuis les sauniers de l’île de Ré ici en France aux sauniers  de l’île de Boffa pour contourner la déforestation de la mangrove et la pratique traditionnelle de production du sel qui, à Boffa consistait à l’époque, à faire chauffer le bois de mangrove et qui était très consommatrice en bois. On estime qu’il fallait 3 kg de bois pour 1 kg de sel. Ce qui était dangereux à la fois pour la santé des producteurs et pour l’environnement. Ensuite les deux volets d’action suivants ont été l’intercommunalité, le GRENPAH qui est une mutualisation des 8 communes de Boffa chargées de désenclaver les zones rurales, notamment par le biais de constructions d’ouvrages de franchissement ou de pistes. Mais aujourd’hui, le plus important est celui de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement à travers une assistance technique aux agences communales de l’eau ».

Ce qui explique le choix de la Charente maritime coopération sur la préfecture de Boffa ? 

« Le choix de Boffa, parce qu’on a des territoires en Charente maritime et au niveau de la préfecture de Boffa qui sont très similaires, en fait. On a cette belle façade maritime qui est commune avec des activités comme la production de sel, commune également. Les activités socioprofessionnelles comme la pêche artisanale sur laquelle on s’est appuyés. Au-delà de tout ça, la Guinée est un pays francophone, il ya des liens d’amitié et de coopération qui existent entre nos deux pays. Donc ces similitudes géographiques, culturelles ont fait que le rapprochement a été plus simple ».

Que représente pour vous, la visite du Maire Monsieur Saïdouba Kissing Camara en Charente maritime ?

« Pour nous, elle revêt plusieurs choses. C’est-à-dire, tout d’abord, on a un aspect professionnel dans la mesure où  on a la possibilité d’évoquer certains sujets et de prendre le temps de les évoquer, d’en parler, de faire avancer les dossiers. Il ya un aspect politique essentiel aussi, c’est le rapprochement de nos deux collectivités. La visite de Monsieur le Maire nous honore ici. Effectivement, elle nous donne le loisir de dévoiler aussi à Monsieur le Maire, les richesses de notre collectivité, de notre territoire et également lui montrer les similitudes qu’on y trouve avec la préfecture de Boffa. L’idée étant, je pense que l’on puisse avoir une vision commune de la coopération à long terme. C’est aussi une opportunité pour Monsieur le Maire de nous interpeller sur des volets qu’on pourrait développer davantage. En fait, Monsieur le Maire est une personnalité qui insuffle une nouvelle dynamique très positive vis-à-vis des équipes sur place. Il est également très méticuleux sur les dossiers qu’on lui présente. C’est très important ».

Pour l’instant, dans quels domaines vous comptez accompagner le nouveau Maire de Boffa ?

« Actuellement, on a un gros chantier en cours avec Monsieur le Maire Camara. Il s’agit du développement de la pêche artisanale dans la zone de Boffa à travers la construction d’un port à Wallya, la réhabilitation d’un port à Boffa et la construction d’un marché moderne, toujours à Boffa. On espère réellement donner une nouvelle vision, de la croissance économique à travers cette pêche artisanale. Pour ce projet, nous avons obtenu une partie du financement de l’agence française de développement (AFD), à hauteur d’un million d’euros. La répartition, c’est que la commune de Boffa en est le maitre d’ouvrage, Charente maritime coopération, on accompagne techniquement l’utilisation des fonds etc.. pour qu’en réalité tout se passe bien sur le terrain. Le délai contractuel de réalisation de ce projet est de 3 à 4 ans ».

Entretien réalisé par Thierno Oumar DIAWARA, journaliste et PDG du groupe Sud Média Guinée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here