Sa gestion était pourtant appréciée, et l’on se demande si Paul Moussa Diawara n’a pas été sacrifié là où d’autres prévaricateurs sont protégés ?

337

Pratiquement la plupart des collaborateurs du président Condé seraient impliqués dans des malversations financières. La logique voudrait ou encore dans un Etat normal, qu’ils répondent tous de leurs actes en accompagnant ainsi Paul Moussa Diawara à la Maison centrale de Conakry pour avoir dilapidé les deniers publics. Mais voilà, notre justice est aux ordres.

Alors s’il s’avère que Paul Moussa Diawara alors directeur général de l’OGP a détourné l’argent du contribuable, il en va de même pour certains directeurs généraux des structures étatiques. Les intéressés se reconnaitront. Car, ils sont les véritables promoteurs d’un 3ème mandat pour le prof Alpha Condé. Partout où ils passent, ils distribuent des billets de banques dans l’unique but de corrompre les populations en leur faisant adhérer au projet satanique visant à permettre à l’actuel président Condé de s’éterniser au pouvoir, au-delà des deux mandats que lui autorise la constitution guinéenne.

Considéré comme l’un des protégés du Président de la République, cette proximité au-delà de l’alliance politique, viendrait de loin. Ici en image, Alpha Condé alors leader du RPG et Bernard Balla Diawara, père de Paul Moussa. Selon les indiscrétions, la Clinique de Monsieur Diawara soignait gratuitement les militants du parti au pouvoir. Mieux, l’opposant Alpha Condé puiserait son argent de poche dans cette Clinique qui finançerait la plupart des activités du RPG à l’époque. Son feu père était un militant des premières heures du RPG.

A en croire nos sources, Monsieur Diawara Bernard Balla alors capitaine de l’armée guinéenne avait été radié des effectifs à cause de son militantisme au sein du parti d’Alpha Condé. Autrement dit, il a perdu tout, y compris sa Clinique, à cause de son engagement politique aux côtés du prof Alpha Condé qui, aujourd’hui est en passe d’oublier les biens faits de l’homme. Sans vouloir lui trouver une quelconque excuse, Paul Moussa qui est un justiciable comme tout autre, a-t-il bénéficié d’un jugement équitable ? En tout cas de l’avis même de son avocat, Me. Béavogui Salifou, les motivations seraient ailleurs, c’est-à-dire politiques.

Thierno Oumar Diawara, journaliste PDG du groupe Sud Média Guinée