Affaire 3ème mandat: l’arrestation des opposants suscite l’indignation des acteurs sociaux

340

Selon nos informations, plusieurs citoyens guinéens continuent de se faire arrêter par des autorités guinéennes pour s’être s’opposer publiquement au projet de 3ème mandat pour le président Alpha Condé. Parmi les personnes interpellées hier jeudi 18 avril courant, figurent deux militants de l’UFR. Il s’agit d’un jeune connu sous le nom de MOKO et un autre qui s’appelle Petit Bangoura. Ces militants du parti dirigé par l’ancien PM Sidya Touré seront jugés le 29 avril prochain au Tribunal de première Instance de Manfaco.

Face à l’escalade des arrestations des anti 3ème mandat, certains acteurs de la société civile s’insurgent et dénoncent cette situation. C’est le cas de Lansana Diawara, président de la Maison des Associations de Guinée. Commentant le sujet chez nos confrères de mosaiqueguinee, le patron de la MAOG dira: « Nous apprenons qu’il y a de l’intimidation qui est en cours par le gouvernement et qui arrêterait toute personne qui conteste l’idée d’un 3eme mandat. Je pense que cette fois-ci, ils vont arrêter tout le monde, tous les guinéens, tous les jeunes, toutes les femmes puisque ce peuple, ces citoyens ne se laisseront pas faire, nous n’allons pas nous laisser faire pour rien au monde, c’est inadmissible. Et là, le Président Alpha, nous a dit de nous apprêter à l’affrontement. Alors, ils peuvent déclencher l’opération, on est prêts pour l’affrontement, puisque c’est de ça qu’il s’agit. En tout cas, les Brassards Rouges, nous n’allons jamais baisser les bras dans ce combat et nous sommes prêts à aller jusqu’au bout », a-t-il déclaré.

La Rédaction du groupe Sud Média Guinée