Modification de la constitution: voici la liste nominative partielle des « promoteurs » (FNDC)

Décidément, les choses vont vite pour les promoteurs d’éventuel changement de constitution. Plus que jamais déterminés à empêcher par tous les moyens légaux, la réalisation de ce projet « satanique », les membres du Front National pour la Défense de la Constitution ont rendu public ce vendredi 31 mai 2019 la liste partielle des personnalités impliquées dans la promotion dudit projet en faveur du président Alpha Condé. Selon nos informations, le FNDC s’est engagé à transmettre la liste définitive de ces « promoteurs » aux juridictions compétentes.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué et ladite liste partielle:

Communiqué de presse N°011/FNDC/2019

Rapport préliminaire de la base de données des promoteurs du troisième mandat.

La Guinée vit sous le risque d’un embrassement sans précèdent susceptible de découler d’un forcing politico-social en faveur d’un 3e mandat en violation de l’actuelle constitution, mais aussi de l’éthique dans la gouvernance démocratique.

L’objectif de modifier la constitution et permettre au président actuel de se maintenir au pouvoir pour un troisième mandat, et ce en violation des dispositions de l’actuelle constitution, et des bonnes règles de la gouvernance démocratique fait peser sur la Guinée un énorme risque d’instabilité socio-politique.

Victime de violences politiques depuis notre indépendance à nos jours, le peuple meurtri de Guinée, avec la mémoire encore fraiche des troubles socio-politiques des années 2000, conséquence directe du tripatouillage de la constitution et de la parenthèse militaire de 2009 reste sous la menace du pire en matière de libertés civiles et de droits de l’Homme face, a cette énième tentative de modification de notre constitution portée par un président vieillissant et des courtisans adeptes des élucubrations les plus hideuses à l’encontre du peuple.

La Guinée déjà classée comme un pays à risque à cause de décompte macabre de citoyens victimes d’avoir exercé leur droit constitutionnelle (liberté d’expression, droit de manifestation, droit à une justice …) risque d’aggraver son cas en créant une situation ingérable.

Cette tentative qui se fait de plus en plus sentir peut-être source d’une violence politique avec pour conséquences de graves violations de droits de l’homme dans notre pays qui peine encore à cicatriser le lourd tribu en la  matière, de l’indépendance à nos jours. Les victimes du massacre du 28 septembre 2009 et la souffrance de leurs familles pèsent toujours lourds dans la conscience des femmes et des hommes épris de justice en Guinée et dans  le monde. Les morts et blessés enregistrés de 2011 à nos jours pour une banale expression des libertés publiques prévues par le constituant, ne cessent de placer la Guinée dans la catégorie des pays à haut risque pour la sécurité humaine.

Il faut dorénavant dans la proactivité mettre à nu et devant le peuple de Guinée, les organisations sous-régionales, régionales et internationales, ces Hommes et Femmes, fossoyeurs de la quiétude citoyenne,  tapis dans l’ombre ou derrière des prétextes fallacieux et sans fondements afin que leurs actes ne restent pas impunis. La proactivité de ces organisations est vivement souhaitée et nécessaire pour éviter une énième crise politique sources de nombreux morts dont le souvenir encore douloureux des évènements politiques de 2011 en République sœur de la Cote d’Ivoire.

Les femmes et les hommes qui attisent la violence susceptible de découler d’un 3e mandat en faveur de l’actuel Président qui finit son deuxième et dernier quinquennat, doivent dorénavant être répertoriés par les organisations, les institutions, nationales, régionales et internationales de défense des droits de l’homme y compris la CPI afin que leurs actes ne restent pas impunis. Ces organisations doivent surtout jouer la carte de la proactivité en Guinée afin d’éviter la répétition des crises qui ont fait de très nombreuses victimes dans d’autres cieux.

Toute personne qui s’agiterait en faveur d’un 3e mandat au profit de l’actuel Président de la République de Guinée, suscite non seulement la violation de la charte fondamentale de ce pays mais serait responsable, complice de toutes violences et de toutes violations de droits de l’homme qui peuvent en découler.

Tout soutien à un troisième mandat source de conflits violents sera considère comme complice, voire responsable des conséquences qui en découlerons y compris les moindres violations des libertés  fondamentales et des droits de l’Homme.

Le FNDC constituera en rapport avec les institutions de défense des droits de l’homme ; des juridictions supranationales aussi bien au niveau national, régional qu’international, une documentation d’éléments audio, de tout discours, de tout écrit, de tout acte, de tout fait et de tout évènement en faveur d’un tripatouillage de la constitution pour octroyer un hypothétique troisième mandat de l’actuel locataire de Sékoutoureya.

Les citoyens épris de justice et de paix, soucieux de la quiétude sociale et qui ne voudraient pas être cités dans les plus sombres pages de l’histoire de la Guinée et de l’humanité, devraient par devoir de responsabilité, se garder de souffler sur les braises de la violence politique conséquence d’une tentative de permettre à un homme de s’éterniser au pouvoir.

Le FNDC  fidèle à sa mission de défense de l’alternance démocratique ne ménagera aucun effort pour monitorer et suivre de près toutes les stratagèmes en cours en faveur de ce 3e mandat.

Aimer la Guinée, c’est la protéger  d’un éventuel sombre avenir, et de se rendre complice de sa régression démocratique, politique et sociale.

Aimer la Guinée, c’est refuser tout compromis politique, toute complicité, toute manipulation, toute action et toute compromission en faveur d’un quelconque 3e mandat ou d’un glissement électoral.

Ensemble, travaillons pour une Guinée unie, prospère, stable et démocratique dans l’intérêt des générations futures.

Ensemble, unis et solidaires, nous vaincrons

Joint à cette déclaration la liste des promoteurs du troisième mandat.

Fait à Conakry, le 31 Mai 2019

Responsable des Opérations

Ibrahima Diallo

Ampliation
Communauté Internationale 10

Cour Pénale Internationale 1

Cour de Justice CEDEAO 1

Haut-Commissariat SNU

Union Africaine 1

CEDEAO 1

Quai D’Orsay 1

Matignon 1

Elysée 1

Commission Européenne 1

Secrétariat D’Etat Américain 1

Liste partielle des « promoteurs »

1- Dr Mohamed Diané, ministre de la défense

2- Dr Ibrahima Kassory Fofana, premier ministre

3- Naby Youssouf Kiridy Bangoura, Ministre secrétaire général à la présidence

4- Cheick Taliby Sylla, ministre de l’énergie

5- Bantama Sow, ministre des sports

6- Lansana Komara, ministre du travail

7- Amadou Damaro Camara, député

8- Mohamed Saïd Fofana, médiateur de la République

9- Amara Somparé, ministre de l’information et de la communication

10- Baidy Aribot, 2ème vice gouverneur de la banque centrale

11- Amadou Makhissa Camara, directeur national des impôts

12- Mouctar Diallo, ministre de la jeunesse

13- Malick Sankon, DG de la CNSS

14- Boubacar Barry, ministre du commerce

15- Ismaël Dioubaté, ministre du budget

16- Alhousseny Makanera Kaké, ancien ministre

17- Boubacar Diallo, avocat au Sénégal

18- Albert Bourgi, juriste français

19- Pr Zegbelemou Togba, universitaire

20- Toumany Sangaré, DG des douanes.

La Rédaction du groupe Sud Média Guinée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here